ÉLOGE DE LA PÂTE À MODELER

La pâte à modeler versus la console de jeu

la pâte à modelerAmener une réflexion sur l’utilité des jeux high-tech. Anne Crignon, journaliste au « Nouvel Observateur » fait apparaître dans son article, différents point de vue quant à l’utilisation des jeux vidéo et des jeux dits « simples » comme la pâte à modeler.

Selon des chercheurs et psychologues, les capacités cognitives des enfants ne seraient pas accrues par la modernité de jeux. C‘est ce qu’affirment certains chercheurs et journalistes. Des études tentent de démontrer que des jeux simples stimuleraient aussi bien le cerveau qu’un jeu high-tech dont ce dernier serait pourtant conçu pour activer les neurones.

Alain Lieury, chercheur en psychologie cognitive affirme à l’issue d’une étude qu’il a menée pendant six mois sur des classes de CM1 de Strasbourg, qui avait pour but de mesurer l’impact réel d’une console de jeux, que les enfants qui s’exercent à l’utilisation de la console…apprennent à utiliser une console et ne développeraient pas des capacités supplémentaire, mais complémentaire. L’étude a consisté à créer deux groupes ; un premier qui s’exerçait quotidiennement sur un jeu vidéo de connaissance et un autre dit « papier‐crayon » qui faisait des exercices dans des journaux à destination des enfants – labyrinthe, mots croisés.

Le journaliste anglais, Carl Honoré, avait pu observer lors d’une expérience faite sur un groupe de douze enfants que tous avaient délaissé les jeux vidéo et choisit les jeux simples comme les Kaplas et la pâte à modeler en moins d’une heure. Encore fallait‐il laisser aux enfants la liberté de choisir leurs jeux. Il affirmera dans son « Manifeste pour une enfance heureuse » (Marabout), que l’enfant n’a pas besoin de sophistication, mais de simplicité. Mais que la culture de la consommation est un frein à la liberté des individus et oblige les parents à offrir des cadeaux miroitants, modernes.

Krister Svensson, directeur du Centre international de Recherche sur le Jouet est lui aussi formel : «…rendre un jeu utile est une atteinte à profonde à l’enfance. Si chaque parent donnait chaque jour une heure de son temps pour parler, ce serait bien plus riche ». Une de leur étude montre que si nous laissons un enfant librement développer son imagination avec ce qui lui semble, est plus disponible à l’école. Frédéric Ploix, directeur général de LeapFrog France explique que le jeu éducatif favorise une imprégnation « impressionniste » de l’enfant, qui sera plus réceptif à l’apprentissage.

Il en résulte qu’aujourd’hui la moitié des dépenses de jouets est consacrée aux enfants en âge d’être scolarisé et que la quasi-totalité est investie dans des jeux pour l’amélioration des capacités cérébrales. Les avis sont partagés sur la question de l’utilisation des jeux high-tech. Si certains parents n’osent pas dire non à la console, d’autres on fait le choix afin d’éviter tous conflits familiaux d’ignorer la quincaillerie moderne.

Nous pouvons en conclure que l’utilisation d’un jeu éducatif, que ce soit une console ou de la pâte à modeler, ne peut avoir une réelle portée et dimension éducative que si l’enfant en fait le choix et y prend du plaisir. Et cela est possible dans la mesure où il trouve une liberté, où il ne subit pas de pression, ni de la société de consommation ni par ses co‐éducateurs. Toutefois, quelle que soit la nature des jeux, il semblerait qu’ils ne pourraient remplacer la communication verbale entre les parents et leurs enfants.

(jedj)